07 mars 2006

Désirs d'avenir...

Ségolène Royal vient d'ouvrir "Désirs d'avenir", son site Internet. Elle y déclare dés la page d'accueil vouloir en faire un forum participatif et appelle donc les internautes à participer aux 2 débats d'actualité et aux 6 débats permanents. Il est déjà prévu qu'une synthèse des échanges sera faite.
Pour l'instant, ce site est un forum de discussion entre internautes, mais attendons de voir si elle utilisera ce site pour donner son avis sur les différents sujets abordés...

1 Comments:

At 14:03, Blogger daubernet said...

Madame Royal,

Les missions locales sont l'interface quotidien entre les jeunes de 16 à 25 ans, leurs difficultés à trouver un emploi durable et les services publics de l'Etat. Je dirige une mission locale depuis peu et venant du privé, constate chaque jour la lenteur des décisions et les tracasseries administratives dont nous sommes l'objet.
Répondre à un appel d'offre de l'Etat pour du parrainage de jeunes par des entreprises locales? bien sûr! bonne idée!on y va!!... à condition de remplir un dossier de 11 cms de haut avec plusieurs exemplaires pour la DRTEFP, la DTEFP avec un prévisionnel financier sous deux présentations différentes!exigeant 98 signature du Président de la mission locale pour obtenir 3000€!
un autre exemple? le programme civis pour les jeunes dans des situations très difficiles? oui nous avons obtenu des postes et en sommes contents; mais que dire de nos relations avec l'ANPE, partenaire privilégié pour accéder à des offres pour ces mêmes jeunes. Débordée par le public, l'ANPE ne voit dans les missions locales qu'un moyen mécanique de désengorger leurs fichiers.Les missions locales, soit disant CO-traitantes, se retrouvent surtout SOUS-traitantes. C'est ensemble, avec des objectifs communs et une restructuration en profondeur des services publics que le chômage des jeunes baissera.Tous les professionnels de l'ANPE que j'ai rencontrés sont vraiment remarquables mais sont engloutis rapidement par une culture d'entreprise rigide , ou encore déformés par des procédures internes absurdes, une hiérarchie qui ne laisse place à aucune initiative individuelle.
Venant du privé , j'ai la conviction que l'on ne peut bouger qu'à condition de n'être pas trop gros.Le service public de l'emploi est obèse.
En rentrant chez moi hier au soir, j'ai vu la vitrine de la société ADIA, travail temporaire: ils affichent"JOBSHOP", ils réagissent vite et surfent sur la vague de la précarité mais le font vite et fort.Eux vont savoir se repositionner très vite ...pas nous...ou trop tard

A votre disposition, Madame, et vous soutenant
Daubernet

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home